Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 16:21
 Alors qu'il doit se rendre dans les jours à venir en Martinique, Claude Guéant a reçu une lettre de certains élus de ce territoire. Après la polémique née de ses propos sur "les civilisations qui ne se valent pas", le ministre de l'Intérieur sait désormais qu'il "n'est pas le bienvenu".

Claude Guéant
Claude Guéant devrait recevoir un accueil houleux en Martinique. (Reuters)
Le Journal Du Dimanche 7 février 2012
La polémique est bien arrivée jusqu'aux oreilles des Martiniquais. Dans quelques jours, Claude Guéant, en tant que ministre de l'Outre-mer, doit venir en visite sur l'île. Mais ses propos sur "les civilisations qui ne se valent pas" ont suscité des réactions critiques chez certains élus martiniquais qui estiment qu'il ne sera pas le "bienvenu".
Dans une lettre ouverte, le député et président de la Région Martinique Serge Letchimy commence par un petit rappel historique à l'intention du ministre de l'Intérieur : "Votre venue en Martinique dans les jours qui viennent m’obligent à vous rappeler que cette terre a vu naître Aimé Césaire, Frantz Fanon, Édouard Glissant" et "qu’elle a été aimée par des hommes aussi admirables que furent Victor Schoelcher, André Breton, Léopold Sédar Senghor et Claude Lévi-Strauss".

Des propos "particulièrement choquants pour nos peuples de la Caraïbe"

Rappelant ensuite leur grand humanisme et leur combat contre "la traite et l’esclavage", Serge Letchimy ajoute que ces grandes figures de l'île n’ont "jamais décrété que la civilisation européenne ou la culture française serait inférieure à n’importe quelle autre". Et pourtant, "à s’en tenir à votre logique", écrit-il encore, "ils auraient eu mille raisons de condamner la civilisation occidentale et de renvoyer aux étages inférieurs bien des cultures européennes". Et de conclure, avec fermeté : "Ce serait donc, une injure à leur mémoire, à leur pensée, à leurs actions que de vous laisser une seule minute imaginer que vous serez le bienvenu ici".
Eugène Larcher, président de la Communauté d’agglomération de l’Espace Sud, ne dit pas autre chose, et lui ne se contentera pas des mots. Il a ainsi d'ores et déjà annoncé qu'il ne "participerait pas" à la rencontre informelle que le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a prévu le 11 février prochain avec les parlementaires et les principaux exécutifs de Martinique. Justifiant sa décision, il a évoqué des propos "particulièrement choquants pour nos peuples de la Caraïbe qui ont vécu dans leur chair les crimes contre l’humanité pouvant résulter des idéologies mortifères de hiérarchisation des cultures et des civilisations".
Le sénateur de Martinique Maurice Antiste a lui aussi exprimé sa colère, dénonçant des mots "contraires aux valeurs républicaines" s’inscrivant "dans le courant de pensée d'une certaine droite réactionnaire et révisionniste qui prône la supériorité de la civilisation occidentale". A quelques jours de son arrivée à Fort-de-France, Claude Guéant est prévenu.


Repost 0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 01:01

Par MediArabe.info 20 janvier 2012


Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, accompagné de plusieurs responsables dont Terje Loed-Larsen, doit arriver à Beyrouth dans la journée de vendredi. Sa visite revêt d’une importance capitale, puisqu’elle doit traiter de dossiers particulièrement épineux : le Tribunal international pour le Liban (affaire Hariri), l’application des résolutions onusiennes relatives au Liban (désarmement du Hezbollah, tracé des frontières avec la Syrie, et application des sanctions contre Damas notamment). C’est pour ces raisons que le Hezbollah a décrété la visite indésirable. Le Parti de Dieux et ses alliés, regroupés au sein de la coalition pro-syrienne, entend exercer des pressions sur le gouvernement pour mettre en échec la visite. Mais le Liban officiel cherche une voie médiane qui n’irriterait pas la communauté internationale, et qui arrangerait la Syrie.

Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:12

Manifestation Africaine Internationale le 28 septembre à Paris

 Sit-in devant l’Assemblée Nationale à 17H à 19H30 Place du Palais Bourbon, Paris 7e (

Métro Assemblée Nationale ou Invalides)                     

Un mémorandum sur les Relations de l’Afrique avec la France sera prononcé à l’issue de la manifestation.


La présence militaire française en Afrique


« Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir » (Frantz Fanon) 

28 septembre 1958 : le jour où des Africains ont dit « NON » à la Françafrique

A l’occasion du 52e anniversaire du référendum par lequel le peuple africain de Guinée a dit « Non » à de Gaulle et à son désir d’une Communauté dans laquelle les nations africaines sous joug français resteraient politiquement, culturellement et économiquement tributaires de la France, des Africains et amis de l’Afrique organisent le 28 septembre 2010, devant les ambassades de France dans le monde et devant l’Assemblée Nationale à Paris, une grande manifestation internationale qui se déroulera simultanément dans plusieurs pays, dont les Etats-Unis, la France, la Belgique, l’Allemagne, la Suisse, l’Angleterre, la Côte d’Ivoire, le Togo, le Canada, Djibouti, Malaysie etc.

Le 28 septembre 2010, donc, les Africains et Amis de l’Afrique dirent « NON ».

NON au maintien du colonialisme français déguisé en Afrique, NON aux « accords de défense » de la Françafrique, NON à l’armée française et à ses bases en Afrique, NON aux parodies électorales de la Françafrique, NON aux emprisonnements politiques, aux assassinats et aux génocides orchestrés par la Françafrique, NON au pillage de l’Afrique, NON au mensonge et à la manipulation de l’information, NON au révisionnisme de l’Histoire africaine et à toute tentative de justification de la colonisation , NON à l’Aide au Développement empoisonnée, NON …

« NON » parce que jamais la Françafrique n’a été aussi arrogante, aussi avilissante et aussi résurgente que depuis l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française. Ses prédécesseurs à l’Elysée n’avaient certainement pas plus de considération pour l’Homme africain, mais son ignorance et son mépris pour les peuples de notre continent sont les plus flagrants et les plus dangereux. Nous ne voulons plus de cette Françafrique « décomplexée » qui meurtrit nos peuples en toute impunité en complicité les mafias installées au pouvoir.


Les accords militaires français en Afrique

 

« NON » parce que, entre les assassinats et les exactions contre les patriotes africains défenseurs des intérêts des peuples et inscrits dans la voie tracée par les leaders comme Patrice Lumumba, Sylvanus Olympio, Thomas Sankara, Ruben Um Nyobe, et bien d’autres, tous également assassinés ; les crimes économiques qui, de Elf à Total en passant par Areva, ont appauvri et détroussé le continent ; les exactions contre les peuples et les guerres déstabilisatrices comme en Algérie, dans les deux Congo, au Tchad ou en Côte d’Ivoire ; la fabrication de régimes despotiques dont la dernière trouvaille est désormais d’assurer une succession dynastique de tels régimes de père en fils, comme expérimenté récemment au Gabon et au Togo, l’Afrique n’en peut plus.

Prenant également note des encouragements de Barack Obama au mois d’août 2010 demandant aux Africains, particulièrement la jeunesse africaine, de prendre ses responsabilités devant l’histoire pour la liberté, la démocratie et le progrès, les Africains que nous sommes avons décidé de ne plus subir la Françafrique.

Nous invitons vivement les organisations et militants africains et tous les défenseurs de cette cause à se joindre à l’initiative et à se porter volontaires pour organiser, dans leurs pays de résidence, cette manifestation unitaire et simultanée d’Africains décidés à opérer la rupture et à poser des actes concrets en vue de l’affirmation immédiate des souverainetés africaines.

En ce début du 21e siècle, à l’heure d’une nouvelle phase de grandes manoeuvres géopolitiques, la mission incontournable de notre génération est de libérer l’Afrique du néocolonialisme afin d’ouvrir des perspectives d’espérance pour le continent et pour un monde de paix dans lequel l’Afrique trouvera enfin son épanouissement.

Le 28 septembre 2010, 52 ans après la Guinée, relançons ensemble le « NON » de la rupture avec le colonialisme.


Liste des Responsables nationaux

France : Kofi Alouda Tel : +33-6-03-59-8246 Email : kofialouda@gmail.com

Suisse : Jean-Paul Oumolou Tel : +41-78-314-6903 Email : jeanpauloumolou@yahoo.fr

Belgique : Djamal Benmerad Tel : + 32-47-30-11- 01 Email : le.brasier@yahoo.fr

Allemagne : Nestor Zinsou Tel : +49-921-74-12876 Email : nestor.zinsou6@googlemail.com

Angleterre : Curtis Bezauna Mabicka Tel : +44-20-3004-9649 Email : curtis07uk@hotmail.com

Etats-Unis : Jean-Marie Kokou Abi Tel : +1 865-609-2012 Email : jeanmariefg@yahoo.fr

Canada : Bourhan Mohammed Ali Tel : +1-613-680-5017 Email : bourhanb@gmail.com

Togo : Jean Pierre Atale Tel : +228-995-20-14 Email : benjeanpi@hotmail.fr

Coordonnatrice générale : Farida Nabourema Tel : +1-240-550-0665 Email : faridabemba@gmail.com

 

Organisations participantes en France (liste évolutive)

§ Association pour la Défenses des Intérêts du Peuple (ADIP, France/Togo)

§ Collectif des Associations et des Amis des Comores (CAAC-Comores, France/Iles Comores)

§ Barricades-Belgique

§ Collectif de France Affaire Norbert ZONGO (COFANZO, France/Burkina Fasso)

§ Diaspora Gabonaise Unie (DIAGAU, France/Gabon)

§ La Plateforme Panafricaine (France/International)

§ Mouvement du 4 mars pour la libération du Togo (MoLito, France/Togo)

§ Peuples Observateurs (France/International)

§ Rassemblement National pour la démocratie et le Panafricanisme (RNDP, France/Togo)

§ Rassemblement National Républicain (RNR, France/Tchad)

§ Fédération des Congolais de la Diaspora (FCD, France/Congo-Brazza)

§ Survie

 

 

Repost 0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 01:31

 

Que dire
depuis que le silence des hommes
fut à jamais rompu par nos femmes
rompues à la vie et à l'épée
et non par l'épée

Nos femmes qui nous restituent
notre virilité perdue

Djamal Benmerad

Extrait de "L'adieu aux larmes"
    (à paraître prochainement)

Repost 0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 20:16

 

Par Ingolevio - Dimanche 11 juillet

Mis en ligne par Suzannah Horowitz


Aux compagnons qui luttent pour la justice,
Aux organisations solidaires,
Aux compagnons du Mexique et du monde,



Nous vous remercions pour votre soutien dans la lutte pour la liberté de Víctor, qui après presque neuf mois, est toujours injustement emprisonné.

Actuellement le procès est suspendu, car nous attendons que la juge annonce formellement la fin de la période de présentation des preuves, et que le Ministère public, en tant que plaignant, livre ses conclusions.

Nous voulons exiger que cesse cet emprisonnement criminel, pour cela, il faut que la juge, dans l'immédiat, annonce la fin de la période de présentation des preuves, qui pour diverses raisons (ou prétextes) a étéretardée.


Nous voulons aussi exiger du Ministère public que sa conclusion soit nonaccusatoire car l'emprisonnement de Víctor est totalement injustifié (détention illégale, absence de preuves).

Nous appelons ceux qui vivent dans la ville de Mexico à se joindre aumeeting pour la libération de Victor qui aura lieu le 14 juillet à 11 heures

A ceux qui vivent dans une autre partie de la République ou dans d'autres pays, nous vous invitons à diffuser cette action, si vous réalisez une activité, nous vous invitons à vous coordonner avec nous ce jour-là.

Liberté pour Víctor Herrera Govea !
prisonnier politique du gouvernement de la ville de Mexico


Liberté aux prisonniers politiques du pays et du monde !
A bas les murs des prisons !

 


Comité por la Libertad de Víctor
Cruz Negra Anarquista México
Colectivo Autónomo Magonista
Federación Local Libertaria (DF)
Centro Social Obrero
Biblioteca Social Reconstruir
Multiforo Cultural Alicia
Brigada Callejera de Apoyo a la Mujer "Elisa Martínez", A.C.
Red Mexicana de Trabajo Sexual
Agencia de Noticias Independiente Noti-Calle.
Unidad Obrera y Socialista (¡Uníos!)
Jóvenes en Resistencia Alternativa (Adherentes a la Otra Campaña)
Mujeres y la Sexta
Colectivos del Sur de la Ciudad de México (adherentes a la Otra Campaña)
La Otra en Surponiente-DF
Resistencias Enlazando Dignidad-Movimiento y Corazón Zapatista
Red Contra la Represión y por la Solidaridad (RvsR)
Frente del Pueblo
Brújula Roja
Brigada Sembrando Dignidad
Colectivo Cabañas
Colectivo Karakola Global
Colectivo de Profesores de la Otra Campaña
Coordinadora Valle de Chalco
Karakola Global
Otra Cultura In la Kech
Sector  Niños y Niñas de la OC
UVyD-19 de septiembre
Frente Popular Francisco Villa Independiente (FPFVI-UNOPII)
Partido de los Comunistas
Central Unitaria de Trabajadores de México
Unión de Madres con Hijos Desaparecidos (Sinaloa)
Comité de Madres con Hijos Desaparecidos Políticos de Chihuahua
Enlace Urbano de Dignidad (Puebla)
Nodo de Derechos Humanos (Puebla)
Unión de Defensores y Promotores de Derechos Humanos de la Sierra Norte de
Puebla
Voz de los Zapotecos Xiches en prisión (Loxicha, Oaxaca)
Colectivo 20 de junio (Zaachila, Oaxaca)
Consejo Nacional Urbano Campesino (CNUC) Tlaxcala
Unión Popular Apizaquense Democrática e Independiente (UPADI)
Asamblea Nacional de Braceros (ANB)
Colectivo Acertijo (Tlaxcala)
Colectivo Lo de menos (Colima)
Colectivo Piedra en el Zapato (Guadalajara)
Morelos Contra la Represión (Morelos)
Colectivo La Flor de la Palabra (Morelos)
Red Contra la Represión y por la Solidaridad (Chiapas)
Asociación de Comités del Pueblo de Baja California (Mexicali, BC)
Sociedad Cooperativa Pueblo Indígena Cucapá (Mexicali, BC)
Adherentes Individuales de la Otra Campaña
Confederación General del Trabajo (Estado Español)
Centro de Documentación sobre Zapatismo - CEDOZ - (Estado Español - México)
Trois Passants de Paris (Francia)
Amigos de Mumia Abu Jamal en México

 


Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 02:30

Pour lire la suite

 


cliquez ici

Repost 0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 09:50
 «Il est injuste de maintenir une personne en prison pour avoir lutté contre le terrorisme». BBC∕traduit de l’espagnol par Gloria Gonzalez Justo

Par cuba si lorraine Vendredi 12 mars 2010
arton8770-78e92.jpg

René González, fait partie des « Cinq », un groupe d’agents envoyés aux Etats-Unis par Cuba, pour infiltrer les groupes d’exilés cubains qui, selon La Havane, préparaient des attentats terroristes contre le gouvernement de Fidel Castro.

Les Cinq ont été arrêtés à Miami en 1998, et ils ont été jugés coupables de s’être infiltrés dans les bases militaires des Etats-Unis et dans des groupes d’exilés cubains, et d’avoir passé des informations à Cuba.

M. Gonzalez a été condamné à 15 ans de prison. La Havane déclare que les Cinq sont des prisonniers politiques et demande à l’administration d’Obama de les libérer.

Or, la Cour suprême des Etats-Unis a refusé de revoir l’affaire l’an dernier, mettant un terme ainsi à leurs espoirs de révision.

M. González a parlé avec un journaliste de la BBC, depuis sa cellule de la prison de Marianna, en Floride, lors d’une rare interview.

 

 

Extrait de son interview avec Matt Frei, de la BBC

 


Je suis entré en contact avec certaines des organisations à Miami qui, depuis des années, ont mené des actions violentes contre le gouvernement de Cuba. J’ai contacté Brothers to the Rescue (Frères à la rescousse, une organisation extrémiste située aux Etats-Unis, opposée au gouvernement de Fidel Castro) et d’autres organisations avec des noms magnifiques, mais qui en réalité se consacrent à commettre des actions violentes contre Cuba […] Mon travail était d’informer le gouvernement cubain de leurs activités.

Nous n’apprécions pas l’utilisation du terme «épier », car ce terme est facilement manipulable. En Droit, « épier » signifie rechercher les renseignements secrets d’un gouvernement […] Je n’épiais pas un gouvernement. Je dirais que je travaillais sous couverture dans certaines organisations criminelles.

Il est injuste de maintenir quelqu’un en prison pour avoir lutté contre le terrorisme. J’ai informé mon gouvernement sur des activités terroristes, et je me retrouve condamné à… 15 ans de prison. Ce serait de la folie si cette condamnation n’était pas hautement politique.

 

Refus à son épouse du visa pour lui rendre visite

 


Mon épouse ne m’a pas vu depuis 8 ans, et celle de Gerardo Hernandez ne l’a pas vu depuis 12 ans. C’est une des manœuvres les plus cruelles que le gouvernement des Etats-Unis a utilisées contre nous. Je ne sais pas : peut-être tentent-ils de détruire nos couples pour nous briser le moral. C’est très cruel. La dernière fois que j’ai vu Olga, c’était pour mon anniversaire, en 2000, et Gerardo, la dernière fois qu’il a vu Adriana, c’était en 1997 ou 1998.

Elle a sollicité le visa 8 fois et 8 fois, on le lui a refusé. Les raisons varient, mais en gros, ils lui disent qu’elle est une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis.

 

La vie en prison au début et aujourd’hui

 


Après notre arrestation, nous avons été placés en cellule d’isolement […] le traitement était très dur. C’était un des moyens utilisés pour nous diviser. Cela a duré 17 mois, mais cela fait partie du passé maintenant. Je suppose que c’était leur façon de concevoir leur travail afin de nous faire céder avant le procès. Ensuite, nous sommes allés dans des prisons « normales ».

Je traite tout le monde avec impartialité et je reçois le même traitement en retour. Certains prisonniers sont plus au courant que d’autres des problèmes politiques, ils me posent des questions et essaient de comprendre mon point de vue.

 

Obama et les relations entre Cuba et les États-Unis


A une époque, j’ai eu quelques espoirs, pour sa façon de s’exprimer et de se présenter. Mais à mon avis, il a été un peu trop sensible à l’aile droite de son pays. Et en ce moment, je ne vois aucune amélioration.

Ils demandent des concessions au gouvernement cubain que nous ne pouvons pas accepter […] nous n’imposons aucune condition à leur gouvernement pour améliorer les relations. Ce que nous voulons c’est maintenir des relations normales, dans le respect du système de chacun. Nous n’essayons pas de renverser leur gouvernement, nous ne faisons aucune pression pour un changement de régime aux États-Unis. Nous avons notre propre gouvernement et ils devraient respecter cela.

 

Ma génération a vécu pendant des années sous les agressions des Etats-Unis contre Cuba –nous parlons de terrorisme, de bombardements, de fusillades – si bien que ma génération comprend très bien que nous avons le droit de défendre Cuba contre tous ces crimes. Ainsi, ce n’est pas seulement le gouvernement cubain, mais toute la société qui comprend notre cause. Et personne à Cuba ne serait d’accord pour rétablir des relations normales avec un pays qui maintient cinq de ses fils en prison pour avoir défendu leur patrie.

 

 

Repost 0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 02:23








Opposant à la guerre coloniale menée en Algérie, catalogué "forte tête", je suis envoyé en Afrique du Nord.  Je dénonce l'existence de sections discilpinaires et de bagnes militaires tels que Oued-Smar où les gus incarcérés étaient quotidiennement passés à tabac et subissaient des sévices graves, entraînant parfois l'hospitalisation.
Ce livre témoignage rend hommage à la poignée de soldats anticolonialistes qui se sont battus clandestinement contre cette guerre, en vue d'aider à la prise de conscience des autres soldats moins politisés. 

Que serait-il advenu si en avril 1961, les généraux félons n'avaient pas été mis en échec?

Sincère et incontestable, ce livre "explosif" dérangera sans doute, plus de quarante ans après la fin de cette guerre "imbécile et sans issue".

Soldats anticolonialistes de la guerre d'Algérie, si vous vous reconnaissez dans ce modeste écrit, sortez de votre silence, de votre anonymat.

Dénoncez les violences, les sévices, que vous avez subis, infligés par des gradés de l'armée française.

Je m'insurge contre le refus des autorités civiles et militaires quant à la reconnaissance des traumatismes subis. Je villipende le vote scandaleux de la loi scélérate du 23/02/2005 qui réhabilite les assassins de l'OAS et encourage les nostalgiques des guerres coloniales.


                                                                                                                Jacques Tourtaux

 

 

 

 


Repost 0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 19:22

Un Palestinien a tué à l’arme blanche un soldat israélien dont la jeep s’était arrêtée mercredi à une intersection près de Naplouse, en Cisjordanie, annonce l’armée d’occupation.


Selon des sources palestiniennes, cette attaque intervient au lendemain d’un incident lors duquel un colon a blessé par balles un Palestinien de 17 ans en Cisjordanie, après que des colons qui plantaient des arbres eurent été la cible de jets de pierres.
Le soldat, frappé à la poitrine, est décédé après son hospitalisation, a indiqué un porte-parole militaire.
Lors d’une interview télévisée, un automobiliste a dit avoir été témoin de l’acte, ajoutant que la jeep s’était remise à rouler avant de basculer dans un fossé.
"J’ai vu un Arabe s’approcher d’un véhicule militaire et frapper le conducteur par la fenêtre", a-t-il déclaré.
L’automobiliste a dit avoir percuté et projeté l’assaillant à terre avec sa voiture. Des militaires ont arrêté le Palestinien.
Des médias israéliens ont identifié le suspect arrêté comme un membre des forces de sécurité du président Mahmoud Abbas. Des responsables palestiniens et israéliens n’ont pu confirmer cette information.
Le soldat tué était un sous-officier de carrière originaire d’une ville du nord d’Israël, a indiqué l’armée d’occupation.

 

(Mercredi, 10 février 2010 - Al-Oufok avec les agences de presse

 




Repost 0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 23:49
Repost 0

Présentation

  • : Barricades
  • Barricades
  • : C'est l'espace (un de plus mais il n'y en a jamais assez) des sans-voix, des opprimés, mais aussi celui des femmes et des hommes qui agissent pour le plus grand bien de la Révolution.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages