Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 12:44

Le sélectionneur algérien Rabah Saâdane a livré à Jeune Afrique.com les dernières nouvelles concernant les préparatifs de la sélection algérienne de football pour le Mondial 2010 qui aura lieu du 11 juin au 11 juillet prochain en Afrique du Sud. Le stage des Fennecs à Coverciano (Italie), prévu au mois de mai, a été annulé. Les Algériens, qui en effectueront deux, iront se préparer en altitude, en Suisse, en Autriche ou en Allemagne.

 
Le sélectionneur algérien Rabah Saâdane emmène son équipe s'entraîner en altitude.
Le sélectionneur algérien Rabah Saâdane emmène son équipe
s'entraîner en altitude. © AFP

 

 

Par Alexis Billebault

L’Algérie imitera donc plusieurs sélections qualifiées pour la Coupe du Monde, qui ont décidé de se préparer en altitude histoire de se faire une idée plus précise de ce qui les attend au Mondial de football en Afrique du Sud. Les Fennecs, qui devaient initialement investir le centre technique de Coverciano, dans la banlieue de Florence du 20 au 28 mai, ont abandonné leur projet d’effectuer une partie de leur préparation au niveau de la mer.

"Nous nous sommes basés sur des critères scientifiques pour prendre cette décision. Il est plus logique de nous préparer en altitude et de nous placer dans des conditions semblables à celles qui nous attendent en Afrique du Sud", a expliqué Rabah Saâdane, le sélectionneur algérien, contacté par Jeuneafrique.com. Celui-ci a d’ailleurs passé plusieurs jours en Europe fin mars afin d’y superviser des joueurs, mais également pour visiter des installations susceptibles d’accueillir l’équipe nationale.

 


Premier stage prévu le 20 mai



"Rien n’est encore définitif, puisque nous travaillons encore sur ce dossier. On devrait tout finaliser rapidement", a ajouté Saâdane. Mais le premier stage en altitude devrait débuter avant le 20 mai et s’étirer jusqu’au 29 mai, date à laquelle l’Algérie se déplacera à Dublin pour y affronter l’Eire. Puis les internationaux algériens, après avoir obtenu deux ou trois jours de coupure pour aller embrasser leur famille, se retrouveront normalement le 1er juin pour un second stage en altitude qui aura lieu en Suisse, en Allemagne ou en Autriche.

Juste avant de s’envoler pour l’Afrique du Sud et son luxueux camp de base du Kwa Zulu Natal le 6 juin, l’Algérie disputera un dernier match amical face aux Emirats Arabes Unis (4 ou 5 juin), qui seront quant à eux en stage en Autriche. "On doit trouver une ville qui arrange les deux équipes", a précisé Rabah Saâdane. Celle d’Innsbruck (Autriche) aurait à ce jour les faveurs des deux délégations.

 


 

 

Repost 0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 00:44

 


“ On ne veut pas devenir les veuves du prix du lait ”

   

 

Plus de quatre cents éleveuses et femmes de producteurs de lait de la France entière ont manifesté samedi à Poitiers contre la baisse des cours.
 

 

 

Par Philippe Bonnet et Marie-Laure Aveline - lanouvellerepublique.fr  

Source de ce message : http://cyril-lazaro.over-blog.com/
 

 

Elles sont venues de toute la France, et même de Belgique. Certaines ont fait cinq heures de bus pour venir de La Manche ou du Tarn-et-Garonne. « On a choisi Poitiers parce que c'est central », ont expliqué les organisatrices d'une manifestation qui a rassemblé plus de 400 éleveuses et femmes de producteurs de lait, samedi après-midi, à l'appel de l'Apli (Association des producteurs de lait indépendants, un syndicat minoritaire). Quatre cents femmes et enfants qui, sous les averses, ont tapé sur des bidons de lait pour exprimer la colère et l'inquiétude « d'une profession qui se meurt ». Symboliquement, elles sont allées déposer des bougies devant les portes de l'église Notre-Dame-la-Grande, « en mémoire à nos amis disparus ». Selon elles, 800 agriculteurs se sont suicidés en France en 2009.


 
“ Quelle autre profession accepterait d'être moins payée qu'il y a 30 ans ? ”
 


« Nous sommes venues soutenir nos hommes qui se crèvent pour un boulot qui ne fait plus vivre les leurs, explique Sophie Roux, du Tarn-et-Garonne. Souvent, ce sont les femmes qui, en travaillant en dehors de l'exploitation, permettent à la famille de survivre. » Concrètement, les éleveurs de l'Apli réclament que le litre de lait leur soit payé 40 centimes d'euros (contre 26 actuellement). « L'accord passé la semaine dernière entre les distributeurs et les syndicats majoritaires (N.D.L.R. : une hausse de 9 %) est une fumisterie, reprend Sophie Roux. On est en dessous du prix qui était payé à mes beaux-parents il y a trente ans. Quelle autre profession accepterait cela ? »
Ségolène Royal est venue soutenir la manifestation, ainsi que la députée socialiste Catherine Coutelle. La présidente du conseil régional a exhorté le président de la République « à tenir les promesses faites au monde agricole », et proposé au gouvernement de confier la gestion des aides agricoles aux Régions, « qui sont directement au contact des réalités du terrain et pourront les répartir plus judicieusement afin de soutenir une agriculture saine et de proximité ».

 

 


Repost 0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 20:25

 

L'administration préventive d'un antibiotique, très courant et peu coûteux, réduit de façon importante la mortalité parmi les patients africains dont le système immunitaire a déjà été considérablement affaibli par le virus du sida, selon une étude publiée lundi.

 

 

 

Par AFP

Le cotrimoxazole (noms commerciaux Bactrim, Eusaprim, Septrim...) contient deux antibiotiques, le sulfaméthoxazole (un sulfamide) et le triméthoprime. Il est utilisé contre diverses infections (urinaires, digestives...) ainsi que pour traiter une forme de pneumonie et la toxoplasmose cérébrale qui peuvent frapper les séropositifs. Ce médicament possède également des propriétés anti-paludisme.

3.179 personnes ont été enrôlées dans l'étude conduite en Ouganda et au Zimbabwe. Elles commençaient une trithérapie anti-sida alors que leur système de défenses immunitaires était déjà sévèrement atteint, et leur nombre de cellules immunitaires CD4 dans le sang tombé en dessous de 200 par microlitre.

Le risque de décès dans les trois premiers mois a chuté de 59% parmi ceux traités par cotrimoxazole et thérapie anti-VIH (virus du sida), comparés à ceux n'ayant pas eu l'antibiotique. La réduction du risque de mortalité se maintenait jusqu'à la 72e semaine (44%).

Au terme de 72 semaines, cette réduction était de 35% dans l'ensemble.

Le cotrimoxazole a aussi réduit la fréquence du paludisme de 26%.

Les bénéfices sur la mortalité, avec peu d'effets secondaires indésirables, associé à un faible coût et une facilité d'administration du cotrimoxazole, suggèrent que les médecins doivent le prescrire, en Afrique, aux adultes débutant un traitement anti-VIH, selon les auteurs de l'article publié dans la revue médicale britannique, The Lancet.

Cette prophylaxie devrait être poursuivie plus d'un an après avoir débuté la trithérapie anti-VIH, commentent au vu de ces résultats les Drs Xavier Anglaret (Bordeaux-Inserm, France) et Serge Eholie (Abidjan-CHU de Treichville, Côte d'Ivoire) dans la revue.

Sans l'antibiotique, pendant la première année de trithérapie, la mortalité des Africains malades est élevée (jusqu'à 26%), surtout les trois à six premiers mois, relèvent les auteurs.

L'Afrique sub-saharienne compte 22,4 millions de personnes séropositives ou malades du sida, soit les deux tiers du total mondial (33,4 millions), selon les estimations pour 2008 publiées par l'Onusida en novembre dernier.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés. 

Related articles

 

 

Repost 0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 18:22
 



Israël attend de l'Egypte qu'elle termine avant la fin de l'année le mur d'acier destiné à étrangler davantage Ghaza. L'information, rapportée par une agence de presse occidentale, évoque le «souhait» d'un haut responsable israélien anonyme. Mais la lecture de l'information ne prête à aucune équivoque : ce responsable israélien donne tout simplement un ordre au régime égyptien.

 

 

 

Par K.Selim - Le Quotidien d'Oran

Cet officiel israélien - on peut penser qu'il s'agit tout simplement d'Avigdor Lieberman, c'est bien dans son style - exprime une certaine impatience devant les lenteurs cairotes. Mais ce faisant, il met en évidence le fait que le régime de Moubarak ne fait qu'exécuter une instruction venue de Tel-Aviv. L'Etat hébreu s'est félicité de cette «action concrète à l'instigation d'Israël, même si les autorités égyptiennes évitent de s'en vanter».

Pour Le Caire, il n'y a pas de quoi pavoiser effectivement et la satisfaction des Israéliens se comprend. Le Caire, officiellement au nom de sa sécurité nationale et avec l'approbation du malheureux Mahmoud Abbas, agit en supplétif zélé. Les tunnels qui relient Ghaza à l'Egypte sont vitaux car ils permettent d'acheminer des biens essentiels, alimentaires et pharmaceutiques notamment. Ces tunnels ont permis d'atténuer les effets du blocus. Personne, y compris les dirigeants égyptiens, ne croit un instant que la sécurité nationale égyptienne est menacée par les Palestiniens de Ghaza ou d'ailleurs. Ceux qui ont construit ces tunnels et les empruntent ne sont pas des trafiquants d'armes. On a vu le pauvre équipement des Palestiniens à cet égard. Ce n'est pas avec des lance-grenades démodés et des mitraillettes que sera modifié le rapport de force avec l'armée israélienne.

De fait, ces tunnels sont une ligne de vie dans le contexte d'un blocus ignominieux approuvé par «l'axe du bien». La muraille d'acier souterraine que le pouvoir égyptien a décidé d'ériger le long de la frontière avec Ghaza mérite certainement le qualificatif de «mur de la mort» que lui a donné le Hamas. Ce mur, conçu ailleurs, est non seulement truffé de systèmes de détection électroniques mais dispose de canalisations destinées à inonder les tunnels. Quand on connaît l'état catastrophique des infrastructures au pays du Nil, on voit que la peu probante ingénierie égyptienne se révèle parfaitement dans la mise en œuvre de l'abjection.

Il faut aussi rappeler que la construction de ce mur a été décidée à Washington, lors d'une réunion entre Condoleezza Rice et Tsipi Livni, au moment où la population de Ghaza subissait encore des bombardements. Le mépris pour l'Egypte et sa souveraineté restreinte était tellement flagrant que la diplomatie du Caire s'était fendue d'une déclaration affirmant que la décision des deux diplomates de la Civilisation ne l'engageait en rien.

On apprécie à sa juste mesure la valeur du démenti : la décision impériale a été mise en application, toute honte bue, et avec un zèle remarquable. Israël enjoint aujourd'hui le sous-traitant égyptien de respecter les délais qui lui ont été impartis.

Dans toute tragédie, il y a un aspect comique, révélateur d'une époque où l'imposture s'exhibe crûment. C'est cette même Egypte officielle qui participe à l'étranglement des Palestiniens et s'agenouille devant Israël, qui se représente comme la matrice du monde et le leader du monde arabe.




Repost 0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 16:23

30ème suicide ou mort suspecte connu(e) en détention en 2010

 

Le nombre de suicides ou de morts suspectes en prison ne diminue pas :
Un suicide ou une mort suspecte tous les trois jours en prison, 10 fois plus qu’en milieu libre.
Nous exigeons la vérité sur la réalité des chiffres quant aux conditions et lieu réel du décès.


LES SUICIDES DU MOIS :


M.A. Nice
Suicide d’un homme de 27 ans par pendaison, en détention provisoire, ayant annoncé sa volonté de se suicider, le 23 mars 2010

C.D. Neuvic
Mort suspecte d’un homme de 27 ans, retrouvé mort dans son lit, le 24 mars 2010.

M.A. Paris - La Santé

Mort suspecte d’un homme le 16 mars 2010

M.A. Loos-lez-Lille

Suicide d’un homme par pendaison, âge inconnu, le 8 mars 2010.

M.A. Villeneuve-lès-Maguelone

Suicide par pendaison d’un homme de 55 ans sujet à des troubles psychiatriques, le 8 mars 2010.

Suicide d’un homme de 25 ans par pendaison, au quartier disciplinaire, le 24 février 2010-Corbas 


 
Soit, 1 suicide toutes les 48 heures environ en 2010 !! M.A. Lyon



Nous savons que ces chiffres ne reflètent pas la réalité, qui est pre quece qu'ils indiquent.

Mais tant que ça se passe derrière les murs de la "déchetterie humaine" de cette société criminogène, ça n'émeut personne entre les beaux discours oiseux et sans suite des différents ministres qui se succèdent.

Leur solution-miracle: il faut augmenter le nombre de prisons.

http://www.prison.eu.org/spip.php?page=rubrique&id_rubrique=68

Comme a dit quelqu'un: "Ces cons croient guérir la maladie en agrandissant les cimetières!" ... Bien envoyé...

"Le niveau d'une démocratie se mesure à la manière dont elle traite ses prisonniers", a dit quelqu'un d'autre

 

Repost 0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 14:26

Esther Benbassa, dans une tribune intitulée "Le Crif, vrai lobby, et faux pouvoir" publiée en février dernier dans les colonnes de Libération dénonçait vertement le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France). Petit extrait : "Qu’est-ce que le Crif sinon un groupuscule endogamique qui se donne des airs de petit Etat indépendant, agissant à sa guise, faisant plier les uns et les autres, tant par le biais de l’autocensure, sensible chez bien des journalistes, craignant à juste titre d’être soupçonnés d’antisémitisme dès qu’ils oseront critiquer la politique israélienne, que par l’instrumentalisation de la culpabilité de la Shoah intériorisée par la classe politique ? Le pouvoir imaginé que cette minuscule institution a su se fabriquer se retourne hélas contre les juifs eux-mêmes, et d’abord contre ceux qui ne se reconnaissent nullement en elle. Il génère à son tour de l’antisémitisme et offre des arguments, certes fallacieux, à ceux qu’obsèdent les vieux thèmes bien rôdés du pouvoir juif, du complot juif. La « servilité » de circonstance des professionnels de la politique face au Crif vient renforcer les anciens préjugés."

Mais qui est Esther Benbassa ? Elle est directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études, Sorbonne. Spécialiste d’histoire des juifs et d’histoire comparée des minorités. C’est le courage fait femme. Son avantage : être juive puisque, chaque non-juif qui ose critiquer ce groupuscule communautariste comme le démontre si bien l’intellectuelle est victime d’un lynchage abscons et les accusations d’antisémitisme fusent. Dans son papier, elle fustigeait très justement le dîner du Crif, tout en relevant la nocivité de ce dernier qui est devenu simplement le porte-parole d’Israël en France, instrumentalisant la Shoah à des fins politiques inavouables obligeant les uns et les autres d’accepter même la politique la plus inique pratiquée par Israël, à l’exemple de celle de Benyamin Netanyahou qui a donné son aval pour la construction de 1600 logements supplémentaires à Jérusalem-Est, terre palestinienne annexée, sinon de se voir accusé tout de go....d’antisémitisme. L’administration américaine doit l’être sans doute puisqu’elle a protesté. La France, non, ce qui explique la peur du spectre du chantage perpétuel du Crif.

Ce cri d’alarme d’Esther Benbassa qui met en garde l’organisation qui perpétue par ses agissements l’antisémitisme (est-ce le but pour sa survie ?) a vu des critiques injustifiées la sommant de ne pas parler du dîner du Crif, vaste fumisterie pourtant, qui distribue les bons et les mauvais points, ayant son bon ou mauvais arabe, son bon ou mauvais Français, son bon ou mauvais parti, acceptant les uns et ostracisant les autres. Pire, de voir tout le gouvernement français accourir comme un seul homme et qui plus est, y dénoncer par la voix du premier ministre François Fillon le communautarisme, selon Esther Benbassa, cette manoeuvre hypocrite est mise en place pour fustiger les arabes. Quand on sait que cette grande dame est l’une des inspiratrice du vivre-ensemble, on ne peut que se lier face à une telle science.

C’est d’abord Théo Klein, président d’honneur du Crif qui, dans un courrier envoyé à Esther Benbassa (à lire dans son site), considère que l’intellectuelle dérive dans des propos sulfureux et n’apporte rien au débat puisqu’elle délire à la limite, en fustigeant le dîner Crif dont il est l’instigateur, en des termes sulfureux. Comme si ça ne suffisait pas, ce fut au tour de Marc Knobel du Crif, de prendre sa plus belle plume pour égratigner le papier publié dans Libération, qu’il nomme : "Les nouveaux graves délires d’Esther Benbassa", en qualifiant les substantifs utilisés par l’intellectuelle, dit-il sciemment, "pour blesser, caricaturer, jeter l’opprobre et, in fine, salir."(sic). Un refus total de voir ses erreurs ou une façon inconsciente de faire du Schopenhauer.

Voyant qu’Esther Benbassa reste droite dans ses bottes après avoir asséné La vérité, ses détracteurs, incapables de l’accuser d’antisémitisme et en mal de sensation et d’inspiration, l’accusent, in fine, d’avoir écrit dans Libération,...un nouveau Protocoles des Sages de Sion, encore sous la plume du très prolifique Marc Knobel. Rien que ça. Donc, le Crif est le représentant du juif sur terre si l’on en croit ce papier d’une bassesse crasse. Quand la bêtise guide l’homme, il court finalement un très grand danger. Porter des oeillères et être autiste à ce point est triste. Ce qui est triste là dedans, c’est que le Crif lui refuse un droit de réponse. Pourquoi ? Et pourtant, Richard Prasquier, lui, avait eu un droit de réponse après la publication.

 

 


Repost 0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 14:20

Le nombre de magasins Carrefour fermés ce vendredi s’élève désormais à 17. Le syndicat chrétien CNE annonce qu’il y aura bien des magasins fermés ce samedi de Pâques.

17 Carrefour en grève

 


Par Belga

Le nombre de magasins Carrefour fermés à la mi-journée ce vendredi s’élevait à 17, selon des chiffres actualisés fournis par le groupe Carrefour.

Il s’agit de dix hypermarchés, et de sept supers.

Les hypermarchés concernés sont ceux de Middelkerke, Zwijnaarde, Kuurne, Waterloo-centre, Leeuw-Saint-Pierre, Berchem-Sainte-Agathe, Renaix, Eupen, Jumet et Gosselies. Le magasin de Bomerée est à nouveau ouvert, selon Carrefour.

Quant aux supermarchés, il s’agit de ceux de Bruges Scheepsdaele, Maasmechelen, Gand-Groene Vallei, Cointe, Belgrade, Houdeng et Ans.

Ces fermetures font suite aux nouvelles informations livrées jeudi par la direction, annonçant le possible sauvetage de 7 magasins, mais confirmant aussi l’abandon d’une quinzaine d’autres.

De son côté, le syndicat chrétien CNE annonce qu’il y aura bien des magasins fermés ce samedi de Pâques. Mais précise que, contrairement à une fausse information, il n’a jamais appelé à la grève générale pour ce week-end.

 



Repost 0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 00:22

 

 

 

Pâques fête religieuse !
Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 10:28

 

 

Le leader du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon s'en est pris gratuitement à un étudiant en journalisme de Sciences-Po venu l'interroger entre les deux tours des élections régionales en le traitant notamment de "refoulé politique de la petite bourgeoisie" et de "petite cervelle", peut-on voir sur la vidéo filmée par un jeune reporter et publiée sur le site de Libération mardi 30 mars.


Par Le Nouvel observateur  - 31 mars 200

 

Abordant de sa propre initiative le fait que le Parisien a fait sa Une sur une éventuelle réouverture des maisons closes deux jours après les élections régionales, et reprochant à cette "sale corporation voyeuriste et vendeuse de papier" de ne pas parler de "choses intelligentes", le chef du Parti de Gauche accuse ensuite le journaliste, de vouloir lui poser des questions sur ce même sujet. Jean-Luc Mélenchon, peut-être énervé par l'impassibilité et la persévérance du journaliste, l'a alors insulté tout en lui reprochant d'être agressif.


" Refoulé politique de la petite bourgeoisie"

 

"Le jour deux après qu'on ait tous jeté de grosses larmes sur l'abstention populaire, quel était le titre du journal Le Parisien ? "Faut-il rouvrir les maisons closes ? (...) Ce mélange de voyeurisme et de prostitution de l'esprit public va continuer jusqu'à la catastrophe", a lancé Jean-Luc Mélenchon. Le jeune journaliste et lui ont alors débattu calmement sur le fait que ce sujet était intéressant ou non. C'est lorsque l'étudiant a avancé que le sujet des maisons closes touchait la question de "l'hypocrisie" que le responsable politique s'en est pris personnellement au journaliste : "C'est vos problèmes à vous, le refoulé politique de la petite bourgeoisie. Votre hypocrisie...moi je m'excuse mais ce que vous racontez, ça ne concerne personne dans mon quartier. Personne ne se dit "tiens, je préfèrerais aller dans une maison close qu'aller chercher les putes au coin de la rue'. J'ai jamais entendu quelqu'un me parler de ça sinon vous et votre sale corporation voyeuriste et vendeuse de papiers".


"Votre tête est pourrie"

 

"Le problème c'est qu'elles sont dans les bois, les prostituées, à l'heure actuelle", a répondu le journaliste sans se laisser démonter. "J'en ai rien à faire", a lancé Jean-Luc Mélenchon, "si vous voulez me parler de ça vous allez parler à quelqu'un d'autre. Avec moi vous parlez de choses sérieuses, vous parlez de politique et vos sujets de merde vous allez les faire avec des gens qui veulent répondre à la merde. C'est fini, tu fermes ta petite bouche, tu me parles de politique. Moi je te parles de médias et de ton métier pourri. Si tout ce que tu trouves à faire c'est de me répondre ça, tu vas faire ton interview plus loin. Ok ?"

"Je ne comprends pas cette agressivité", se défend le journaliste. "C'est vous qui êtes agressif vous ne vous en rendez même compte tellement votre tête est pourrie. Vous trouvez digne de parler à un homme comme moi alors que je vous parle d'un titre pourri du Parisien, de commencer avec moi un débat sur la prostitution ? Mais vous me prenez pour qui bonhomme ?

Alors que le journaliste lui demande pourquoi dans ce cas il lui parle du titre du Parisien, Jean-Luc Mélenchon le coupe : "Si ! Je veux parler du titre du Parisien, petite cervelle, pas de la prostitution, du titre du Parisien !"

"C'est moi qui suis insultant ?", lui rétorque alors le journaliste. "Je crois que c'est une limite que vous avez atteint", lui répond Jean-Luc Mélenchon en partant.

 

 

Voir la video sur ce lien : http://tempsreel.nouvelobs.com/dossier/medias-pouvoirs/20100330.OBS1577/quand-melenchon-insulte-un-etudiant-en-journaliste.html


Alerter - Réagissez

 


Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 10:06

 


Bobigny, jeudi 1er avril 2010

Vies prolétaires : 3e édition

Né en Algérie, Youcef Tatem a toujours vécu en Seine-Saint-Denis, à Noisy-le-Sec et Bobigny. Ses très diverses pratiques cinéphiliques, entamées dès le plus jeune âge, sont l’indice d’une cinéphilie populaire en banlieue, socle aujourd’hui oublié des politiques culturelles municipales.

Passé d’une cinéphilie débridée à l’éducation populaire et au militantisme politique et associatif, le parcours de Youcef Tatem est celui de toute une génération qui liait émancipation culturelle, projet politique et émancipation humaine. Proche des cinéastes Bruno Muel (des groupes Medvedkine) et Bernard Paul, un temps lié à Chris Marker, Youcef Tatem fut aussi  des organisateurs de la venue du cinéaste soviétique Alexandre Medvedkine à Bobigny. Au-delà de ces collaborations fructueuses et discrètes, ce parcours nous fait découvrir un aspect souvent négligé et pourtant important de l’engagement culturel et politique dans la seconde moitié du XXe siècle.


- Projection : Les Week-end à Sochaux de Youcef Tatem (2010), montage de Bruno Muel et documents d’archives.

- Invité(e)s : Youcef Tatem, Michèle Sarrabeyrouse, Bruno Muel (cinéaste), Francine Muel-Dreyfus et Michel Pialoux (sociologues).


Conception et animation de la table-ronde : Tangui Perron, chargé du patrimoine et de l’action culturelle à Périphérie.

 


 

Repost 0

Présentation

  • : Barricades
  • Barricades
  • : C'est l'espace (un de plus mais il n'y en a jamais assez) des sans-voix, des opprimés, mais aussi celui des femmes et des hommes qui agissent pour le plus grand bien de la Révolution.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages