Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 02:27

 



Monsieur le Président,

Plus d’une année après votre élection, sincèrement, nous ne pensions pas avoir à vous écrire encore pour vous demander la libération des cinq Cubains René González, Ramón Labañino, Gerardo Hernández, Fernando González et Antonio Guerrero prisonniers politiques dans votre pays depuis onze ans et huit mois.

Le six avril dernier s’est terminé le festival CulturAmerica de Pau pour l’année 2010. C’est un festival mondialement connu. Pau est une ville du sud-ouest de la France, proche de l’Espagne. Cette année parmi les six conférences proposées dans le cadre de ce festival figurait celle de Maurice Lemoine sur les Cinq. Ce journaliste a écrit un roman de mille pages qui sortira en octobre prochain : « Cinq Cubains à Miami ». Sa conférence qui a eu beaucoup de succès fut éblouissante. Les ambassadeurs de Cuba et de Bolivie étaient présents à cette conférence.

La vérité fait peu à peu et inexorablement son chemin, malgré une campagne éhontée contre Cuba de la part des Etats-Unis, et aussi de l’Union Européenne qui emboîte le pas. Nous avons été particulièrement gâtés ces derniers temps dans le domaine de la désinformation, après la mort du prisonnier cubain Orlando Zapata Tamayo ! Votre pays dénigre Cuba au nom des droits de l’homme, alors que c’est votre nation qui bafoue constamment ces droits.

Chaque jour qui passe amène son lot de découvertes concernant la politique des Etats-Unis envers Cuba.

Les documents des années soixante ne sont pas tous déclassifiés, de loin s’en faut, et nous sommes en droit de nous demander la teneur de ce qui est gardé secret lorsqu’on lit les documents qui sont déjà portés à notre connaissance.

Sur un document interne aux archives de la Maison Blanche et de la CIA, on peut lire que
le 17 mars 1960 au cours d’une réunion dans Bureau Ovale avec des hauts fonctionnaires de la Sécurité Nationale, le président des Etats-Unis Dwight David Eisenhower a approuvé le document intitulé « Un programme d’Action clandestine contre le Régime de Castro » présenté par l’Agence Centrale d’Intelligence (CIA). Le plan de la CIA consiste principalement en quatre niveaux d’action :

  1. Former un groupe d’opposition modéré en exil avec pour objectif de faire ressortir que Castro a trahi la Révolution.

  2. Créer une station de radio d’onde moyenne pour transmettre à Cuba, probablement depuis l’Ile Swan, au sud de Cuba.

3) Créer une organisation de renseignements et d’actions clandestines à l’intérieur de Cuba qui réponde aux ordres et instructions de l’opposition, en exil.

4) Initier la formation d’une force militaire hors Cuba et, dans un second temps, un groupe de paramilitaires qui se déploiera immédiatement à Cuba pour organiser, former, et diriger les forces de résistance engagées là.

Durant la réunion où a été approuvé ce document, le premier mandataire des Etats-Unis a précisé que «  nos mains ne doivent apparaître en rien dans tout ce qui se fera. », et il a fait jurer aux présents qu’aucun d’eux n’avait entendu ce qui c’était dit là.

Le directeur de la CIA d’alors, Allen Dulles, a reçu ensuite l’ordre du Président que « ne soient même pas données à ce conseil (de Sécurité National) ces informations secrètes au sujet de Cuba. »


On croirait un plan conçu en 2010, tellement il est en phase avec la politique actuelle des Etats-Unis envers cuba. Mieux que quiconque, Monsieur le Président vous savez que ce plan n’a pas pris une ride, qu’aujourd’hui encore les Etats-Unis mettent tout en œuvre pour déstabiliser Cuba.

C’est à un véritable acharnement contre Cuba auquel se livre votre pays, et cela depuis cinquante ans. Nous espérions une autre approche des relations avec Cuba après votre élection, mais de ce côté là, les choses n’ont guère changé ! En Europe, ce n’est pas mieux, et il est assez ridiculement tragique de voir l’union Européenne condamner Cuba pour la mort de Zapata quand on connait l’état de nos prisons de l’U.E. Plus de cent prisonniers sont morts de suicides dans nos prisons françaises pour la seule année 2009, et la situation carcérale y est même dénoncée par Markus Jaeger, en charge des droits de l’Homme au Conseil de l’Europe!

Quant à la répression de certaines manifestations, c’est en Europe et aux Etats-Unis que l’on réprime parfois avec violence ceux qui manifestent. Mais dans nos pays, rien à dire, car pour les médias occidentaux ce sont des« démocraties »…

Les citoyens des Etats-Unis sont abondamment abreuvés de fausses informations sur le décès de Zapata qui a été exploité à fond, mais sont très mal informés, voire pas du tout, sur les prouesses réalisées par un petit pays comme Cuba pour porter une assistance médicale ou autre dans de nombreux pays auprès des populations les plus démunies. Que savent les gens aux Etats-Unis de l’aide apportée par les coopérants de la santé de Cuba à Haïti et au Chili après les catastrophes que ces pays ont endurées ?

Les médias se sont plus étendus sur le décès de Zapata que sur le crime du 12 juillet 2007 de vos soldats en Irak, et dont les images sur « You Tube » viennent de faire le tour de la terre. Il aura fallu presque trois ans pour que soit diffusée la vidéo où l’on peut voir un groupe d’irakiens paisibles pris pour cible par vos soldats depuis un hélicoptère de combat dans une rue de Bagdad. Dans ce groupe de personnes se trouvaient le photographe de l’agence Reuters Namir Noor-Eldeen et son chauffeur Saeed Chmagh. Tous deux ont trouvé la mort dans cette attaque qui a fait onze victimes.

Une fois de plus, Monsieur le Président Obama, nous vous le demandons, mettez en accord vos actions et vos promesses électorales d’une autre relation avec les pays d’Amérique latine, à commencer par Cuba. Ces nouvelles relations passent par la libération des cinq Cubains, c’est incontournable. Nous attendons tous de votre part l’octroi de cette « clémence exécutive » qui leur rendra enfin la liberté qu’ils méritent.

Espérant toujours, malgré tout un tel geste initiateur de véritables relations nouvelles souhaitées par la très grande majorité des pays, recevez, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments humanistes les plus sincères.

Jacqueline Roussie

64360 Monein (France)

Copies à : Mesdames Michelle Obama, Nancy Pelosi, Hillary Clinton, Messieurs Harry Reid, et M. l’Ambassadeur des USA en France.

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Barricades
  • Barricades
  • : C'est l'espace (un de plus mais il n'y en a jamais assez) des sans-voix, des opprimés, mais aussi celui des femmes et des hommes qui agissent pour le plus grand bien de la Révolution.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages