Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 21:05

Par Georges Moreas

Étrange silence des autorités françaises après l’assassinat d’un cadre du Hamas… Alors que les Britanniques et les Irlandais ont tout de suite réfuté l’implication de leurs ressortissants dans cette exécution, le Quai d’Orsay n’a commando-dubai_guysen-tv.JPGpas réagi. Pourtant le chef du commando, qui se faisait appeler « Pierre », voyageait sous passeport français.

Outre-manche, on ne débat peut-être pas sur l’identité nationale, mais on ne badine pas avec la nationalité britannique. Le Foreign Office a d’ailleurs convoqué l’ambassadeur d’Israël pour obtenir des explications, et le premier ministre, Gordon Brown, a annoncé l’ouverture d’une enquête en collaboration avec les autorités émiraties.

Parmi les onze tueurs identifiés par la police de Dubaï, trois seraient irlandais, six britanniques, et il y aurait un Allemand et un Français. Les six Britanniques et l’Allemand seraient des émigrants possédant la double nationalité.

D’autre part, le chef de la police palestinienne a confirmé à l’AFP que deux officiers du Hamas étaient également impliqués. Ils appartiendraient à la Sécurité palestinienne.

Le Mossad (service de renseignement extérieur israélien) est sur la sellette. Même si le ministre des Affaires étrangères se défend de toute implication de son pays dans cet assassinat. D’autant que les agents du Mossad sont coutumiers du fait, comme en 1997, lorsqu’un commando de plusieurs hommes, titulaires de passeports canadiens, a tenté d’empoisonner  un autre responsable du Hamas.

Mais ici, on dit que le service de renseignement intérieur, le Shin Beth, serait également dans le coup.

Mahmoud Al-Mabhouh, 50 ans, responsable militaire du Hamas, le mouvement de résistance palestinien, a été assassiné dans sa chambre d’hôtel le 20 janvier dernier à Dubaï. Il paraît que les autorités avaient d’abord opté pour une mort « naturelle », affirmant que l’homme aurait succombé à une crise cardiaque. Il aurait fallu toute « l’insistance » du Hamas pour que l’enquête ne soit pas enterrée. En fait, il semblerait que la victime ait été étouffée, et peut-être même torturée à l’électricité. Il faut dire que ce Mahmoud Al-Mabhouh devait détenir des secrets de premier ordre, puisqu’il était considéré comme le principal pourvoyeur d’armes du Hamas, et qu’il était notamment en contact avec l’Iran.

Une fois qu’elle a eu le feu vert, la police de Dubaï a mené une enquête assez remarquable, parvenant à identifier un groupe de dix hommes et une femme parmi le commando chargé de l’exécution. Et cela, notamment grâce aux images des caméras de surveillance dont le palace est truffé, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Ainsi, selon les vidéos, le crime aurait eu lieu entre 20h24 et 20h46. Mais une chose est sûre, c’est qu’il a eu lieu. Une preuve sans appel que les caméras ne sont d’aucune utilité pour prévenir un crime ou un délit, mais qu’en revanche, elles peuvent constituer un élément important dans le déroulement de l’enquête. Un ancien du Mossad constate non sans un rien de nostalgie que la guerre de l’ombre se complique avec l’omniprésence des caméras de surveillance et l’accès aux données personnelles. « Cela change les choses - pas seulement pour ceux qui font du terrorisme un commerce mais aussi pour ceux qui les combattent », soupire-t-il.

L’arroseur arrosé, en quelque sorte.

En attendant, on voudrait bien savoir qui est cet « Elvinger », peter-elvinger_guysentv.JPGsoi-disant ressortissant français, qui a dirigé ce commando et qui aujourd’hui fait l’objet d’un mandat d’arrêt international pour assassinat.

Non sans ironie, dans son blog, Denis Brunetti,  correspondant de TF1 à Jérusalem, qui suit l’affaire de très près, révèle que des agents du Mossad et du Shin Beth ne sont pas contents du tout, non pas à cause de cette affaire, mais pour leur retraite. Celle-ci pourrait baisser de 30% en dix ans. Il cite un ancien chef de division du Shin Beth : «  Quand l’un de nous se retire, il n’est pas directeur de banque ou président de compagnie. Moi, qu’est-ce que je peux faire ? Un interrogatoire de terroriste, mettre quelqu’un en prison ? Mais ça, je ne peux même pas le vendre à ma femme… »

Si même les espions sont victimes de la RGPP !

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Barricades
  • Barricades
  • : C'est l'espace (un de plus mais il n'y en a jamais assez) des sans-voix, des opprimés, mais aussi celui des femmes et des hommes qui agissent pour le plus grand bien de la Révolution.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages