Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 13:17
Appel à la solidarité du Parti Communiste de Bohême-Moravie

A noter que que les partis communistes européens ont tous fait part de leur solidarité agissante...excepté le Parti communiste français !

 Comme nous vous en avions déjà fait part, au cours des dernières années le KSCM a été victime, à de maintes reprises, de campagnes de disqualification visant à exclure le parti du spectre des partis parlementaires démocratiques.
La campagne anti-communiste en République Tchèque s'est particulièrement intensifiée au cours des 6 derniers mois. Les médias se sont aussi mis au service de cette campagne en publiant des extraits tronqués ou en gommant les éléments les plus positifs du travail de notre parti.
Le 20ème anniversaire de la Révolution de Velours de 1989 a également été utilisée pour servir cette propagande intense contre le KSCM et pour la « ré-écriture » de notre histoire.

Cette campagne de haine a pris une forme politique au Sénat Tchèque, qui a mis en place un Comité Temporaire pour juger de la constitutionnalité du KSCM. Le 30 octobre 2008, le Sénat a délibéré sur le rapport final du Comité et en dépit du fait que – selon ses procédures de fonctionnement – le Sénat n'avait pas réuni le quorum, il a adopté le rapport final par 30 votes sur un total de 81 Sénateurs.

Le Comité dans son rapport final, entre autres, « a trouvé de nombreux signes de violation de la Constitution de la République Tchèque par le KSCM ».
Le Sénat a envoyé ce rapport au Gouvernement de République Tchèque et a demandé à la Cour Administrative Suprême de juger de la constitutionnalité du KSCM.

Mais l'ancien gouvernement de droite de Mirek Topolanek n'a pas encore franchi le pas.

 Le 8 décembre 2009, donc, le Comité Temporaire s'est tourné vers le gouvernement provisoire de Jan Fischer et a encore poussé le gouvernement à porter son rapport à la Cour Administrative Suprême.  
Les leaders des partis de droite au Sénat, mais aussi d'autres bords, essaient ainsi de détourner l'attention des problèmes croissants, des affaires et de la corruption, et d'éliminer les tensions sociales qui montent dans la société à cause de la crise économique. C'est aussi une réaction désespérée à l'évolution de l'opinion publique, exprimant de plus en plus son désenchantement vis-à-vis du capitalisme. Tout cela inquiète de plus en plus les partis de droite Tchèques qui ont perdu leur confiance. Leur objectif est, par conséquent, d'intimider et de décourager les adhérents, sympathisants et électeurs potentiels du KSCM avant les élections législatives Tchèques qui se tiendront en Mai 2010.
Un des objectifs de l'extrême-droite est de parvenir à suspendre, si ce n'est à interdire, les activités du KSCM pour les élections à venir qui sont d'une importance cruciale.  
Cette mesure devrait exclure le KSCM de la lutte démocratique et de la représentation parlementaire. Cela aiderait en partie les Sociaux-Démocrates, qui lorgnent sur les votes des électeurs de gauche, même si certains des électeurs n'iraient pas voter; mais surtout cela déposséderait une partie importante des électeurs Tchèques de leur droit à décider.

Nous considérons que l'attitude de ces forces politiques constitue une violation flagrante des principes démocratiques et un précédent très dangereux pour les autres pays. Ce serait un retour aux plus sombres traditions de l'histoire Européenne !

Pendant les vingt années qui se sont écoulées depuis les événements de 1989, le KSCM a montré qu'il est un parti politique démocratique qui défend et exprime les intérêts de l'immense majorité des citoyens de République Tchèque. Ses résultats lors des élections législatives, européennes, mais aussi régionales et municipales ont démontré que le KSCM est fortement enraciné dans la société, et présent jusque dans les structures européennes.
En dépit des tentatives actuelles de disqualification et de marginalisation, le KSCM reste la troisième force politique Tchèque.


Nous voudrions vous demander, chers camarades, d'utiliser tous les outils et toutes les options dont dispose votre parti pour apporter votre soutien et exprimer votre solidarité avec le KSCM.

Jamais auparavant, dans son histoire moderne, notre parti n'a eu autant besoin de votre soutien que dans la période actuelle et dans celle à venir.
Nous croyons que la résistance contre l'interdiction du KSCM n'est pas seulement un combat pour l'existence d'un seul parti Communiste, mais fait partie de nos efforts communs, elle fait partie de notre lutte pour un monde meilleur et plus juste et pour une véritable démocratie!

Nous espérons que vous comprenez notre situation et nous comptons sur votre soutien et votre solidarité.


Prague, 5 janvier 2010

Vojtech Filip, Président du Comité Central du KSCM

Jiri Mastalka, Vice-Président du Comité Central du KSCM 

Partis ayant exprimé publiquement leur soutien au Parti Communiste de Bohême-Moravie (liste non-exhaustive réalisée par nos soins):


Parti Progressiste des Travailleurs Chypriotes (AKEL)

Parti Communiste de Catalogne (PCC)

Parti Communiste au Danemark

Parti Communiste d'Espagne (PCE)

Parti Communiste de Finlande

Parti Communiste Grec (KKE)

Parti des Communistes Italiens (PdCI)

Parti Communiste Portugais (PCP)

Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF)

Parti Tudeh d'Iran

Parti Populaire socialiste du Mexique

Site du Parti communiste de République Tchèque: http://www.kscm.cz/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Barricades
  • Barricades
  • : C'est l'espace (un de plus mais il n'y en a jamais assez) des sans-voix, des opprimés, mais aussi celui des femmes et des hommes qui agissent pour le plus grand bien de la Révolution.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages