Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 13:08

 

 

Afghanistan / vendredi 9 avril Le 12 février en Afghanistan, à Gardez dans la province de Paktia, des militaires américains ont tué lors d’un raid cinq civils, dont trois femmes. Un journaliste a démonté le mensonge de l’Otan et du Pentagone.

 


Par Doug Ireland
 

C’est l’histoire d’une atrocité étouffée : le 12 février en Afghanistan, à Gardez dans la province de Paktia, des militaires américains, membres d’un commando de l’élite « Forces Spéciales, » ont tué lors d’un raid cinq civils, dont trois femmes : deux enceintes et une adolescente de 16 ans.

Le QG de l’Otan à Kaboul et le Pentagone prétendaient que les hommes tués étaient des « terroristes » et que les militaires avaient découvert les trois femmes « ligotées et baîllonnées » et « déjà mortes », victimes d’un « crime d’honneur » perpétré par les Taliban.

Presque tous les médias américains, de CNN au New York Times, au lieu de faire du reportage, ont simplement retransmis la version du raid du Pentagone sans le questionner. Mais un reporter intrépide, Jerome Starkey, correspondant en Afghanistan du Times de Londres, est allé sur place et a découvert que la version de l’Otan était inventée de toutes pièces : les deux hommes tués n’étaient pas des « terroristes » mais des fonctionnaires loyaux du gouvernement afghan, et les soldats avaient été vus en train d’ôter leurs balles des corps des femmes avec des couteaux.

Quand Starkey a publié son reportage un mois plus tard, l’Otan l’a nommément attaqué et dénoncé son article comme « catégoriquement faux ». Mais cette semaine, une enquête du gouvernement afghan a confirmé les informations de Starkey et le Pentagone a finalement admis que leurs boys avaient tué les cinq innocents, y compris les femmes,

«  par erreur ».


Cette histoire confirme, encore une fois, ô combien les médias américains acceptent de manière irréfléchie la propagande du Pentagone et ainsi dupent nos citoyens. Dans un article pour Nieman Watchdog, bulletin de la prestigieuse Fondation Nieman pour le Journalisme de l’université d’Harvard, Starkey détaille comment l’Otan tente systématiquement d’intimider, de censurer, et de punir les journalistes qui osent faire des reportages contraires aux prétentions de l’Otan. Et sur l’incident de Gardez, il écrit que « ce n’est pas la première fois que je découvre que l’Otan a menti, mais c’est peut-être la plus atroce. »

Les soldats de l’Otan ont tué au moins 30 civils afghans et blessé 80 autres depuis l’été lors de tirs depuis des convois ou des postes de contrôle. Cela, sans compter le nombre de civils tués par des convois « privés » surveillés par des mercenaires payés par les entrepreneurs sous contrat avec le Pentagone. Et selon le New York Times du 26 mars, le commandant américain en Afghanistan, le Général Stanley McChrystal, lors d’une conférence vidéo avec ses soldats pour discuter des victimes civiles, a lâché cet aveu époustouflant : « Nous avons abattu un nombre impressionnant de personnes, mais à ma connaissance, aucune ne s’est jamais révélée être une menace » !

Dans la même vidéoconférence, un officier supérieur a rapporté que la plupart des détenus de la prison de la base aérienne de Bagram avaient rallié l’insurrection parce que certains de leurs proches ont été victimes de tirs : « C’est ainsi que ces gens sont transformés en insurgés. » Ce n’est guère surprenant…

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Barricades
  • Barricades
  • : C'est l'espace (un de plus mais il n'y en a jamais assez) des sans-voix, des opprimés, mais aussi celui des femmes et des hommes qui agissent pour le plus grand bien de la Révolution.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages