Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 19:39

Communiqué d’urgence

 

Par JOURNALISTES CITOYENS http://www.jcalgerie.net/
                                                                      

Le 9 juin 2012  à 23 heures, plus de 50 policiers en civil  ont fait éruption sur le lieu du SIT IN pour surprendre dans la nuit les 7 grévistes de la justice qui occupent la rue devant la maison de la presse TAHAR  DJAOUT  à  Alger ,depuis le 6 juin .

Pour éviter les témoignages sur leurs pratiques brutales et  illégales et donner libre cours à leurs violences relativement  maitrisée devant la présence des journalistes et des citoyens .

Décidés à en finir ave les protestataires qui étaient enchainés en bloc avec des cordes au cou,  ils ont utilisé des cisailles pour couper les entraves et les embarquer avec une brutalité sans leur donner le temps de se chausser ou de ramasser leurs effets dispersés sur la voie publique, sans tenir compte des  2  

Handicapés parmi les grévistes ils leur ont saisi les portales pour les empêcher de communiquer et de demander de l’aide.

A l’heure actuelle, les policiers ne leur ont pas encore  rendu les effets .

Le comité de soutien aux grévistes de la faim se pose la question sur les pratiques illégales, dignes de la maffia et qui menacent la sécurité du citoyen en général.

Que veulent cacher les policiers en intervenant durant la nuit, sinon les pratiques brutales qui sont une forme de tortures 

Le comité de soutien aux grévistes de la faim lance un appel pressant aux représentants des droits de l’homme de la wilaya d’Alger pour réagir rapidement contre les graves atteintes à l encontre des grévistes  par les services de la sécurité .                    

Tel/ 0021321520372       

      00213550451797                                                                                   
                                              

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Barricades
  • Barricades
  • : C'est l'espace (un de plus mais il n'y en a jamais assez) des sans-voix, des opprimés, mais aussi celui des femmes et des hommes qui agissent pour le plus grand bien de la Révolution.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages