Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 09:44
 

ophtalmo_djelfa_904945211.jpg

Par Djilali Harfouche - Djelfa.info

L’amitié algéro-cubaine n’a jamais été altérée par des tensions ou souffert de moments de froid. Elle a de tout temps été chaleureuse parce qu’elle est dénuée de tout marchandage mercantile. Fidel, le fidèle ami de l’Algérie, avait convenu avec le président de la République algérienne, lors de la visite de ce dernier à Cuba, de réaliser en Algérie des infrastructures hospitalières spécifiques dans le domaine de l’ophtalmologie pour accompagner la mise à niveau entamée par l’Algérie. Un premier programme de cinq cliniques spécialisées en ophtalmologie, qui devaient être réalisées à Djelfa, Ouargla, El Oued, Bechar et Tamanrasset, s’est élargi à Sétif et Tlemcen, selon Amar Tou, ministre de la Santé d’alors. C’est un investissement direct engagé par l’état cubain de l’ordre de trois cents millions de dollars.

Le 19 avril 2008, l’hôpital a reçu les ministres de la Santé des deux pays, Amar Tou et son homologue cubain, José Ramon Balaguer. Lors de la cérémonie de mise en service de l’infrastructure, M. Tou a déclaré que «la ville de Djelfa peut s’enorgueillir d’avoir le plus grand hôpital de cette spécialité à l’échelle régionale, arabe et continentale». Pour son homologue cubain, « la mise en service de l’hôpital ophtalmologique de l’amitié algéro-cubaine entre dans l’histoire des deux pays et traduit le sentiment d’une solide et ancienne amitié entre les deux peuples». L’hôpital ophtalmologique de l’amitié algéro-cubaine d’une capacité de 120 lits est encadré par quarante chirurgiens qui peuvent assurer plus de cent mille interventions par an. L’hôpital que nous eu l’occasion de visiter à plusieurs reprises est très propre et doté d’un matériel sophistiqué. Les réussites, le rétablissement de la vue et les coûts de l’intervention ont fait qu’aujourd’hui des citoyens de pays riverains, telle la Tunisie qui était dans un passé récent une destination pour se faire soigner des yeux, se rendent à Djelfa chez les Cubains. Les Mauritaniens, les Maliens et bien d’autres, en sus des Algériens de toutes les wilayas, préfèrent se faire soigner par les Cubains de l’hôpital de l’amitié algéro-cubaine. A tel point que les hôtels affichent complet, c’est ce que l’on appelle le tourisme médical. Djelfa, avec cet acquis, redore son blason et entame une nouvelle ère, celle du tourisme.

L’hôpital de l’amitié algéro-cubaine n’est que le premier pas de tout un processus de coopération entre les deux états. Plusieurs autres axes restent à développer, qui sont inscrits sur les agendas des deux états : le transfert de la technologie en matière de santé, notamment par la création d’une société mixte pour la fabrication de vaccin contre l’hépatite B, l’installation d’une unité de préparation et de production des hémo-dérivés, la prise en charge de la formation de mille étudiants en médecine spécialisée à Cuba et, enfin, la réhabilitation du centre chargé de la préparation et de la fourniture des animaux de laboratoire pour l’Institut Pasteur et les centres de recherche. Les Cubains ne contribuent pas uniquement dans le domaine de l’ophtalmologie mais assurent aussi la mise en pratique d’un programme spécifique à la wilaya de Djelfa, celui de faire reculer la mortalité infantile et celui de la protection des mères et enfants. Ils sont présents dans les coins les plus reculés de la wilaya là où d’autres médecins hésitent à s’installer. Son excellence l’ex-ambassadeur de Cuba en Algérie, qui n’a ménagé aucun effort pour faire aboutir les projets communs, a déclaré, lors de son passage au forum d’El Moudjahid, que plusieurs autres axes seront développés entre les deux pays frères. L’amitié algéro-cubaine ne date pas d’hier : elle a débuté le 24 mai 1963 quand le gouvernement de Fidel Castro a dépêché 52 médecins cubains pour l’hôpital «Che Guevara» de Mostaganem

 

 

 

 



Partager cet article

commentaires

Taibouni 17/03/2014

salem
comment je peux avoir leurs site pour prendre un rendez vous merci

mammeri 31/05/2014

Comment prendre un rendez vous dans cet hopital

Présentation

  • : Barricades
  • Barricades
  • : C'est l'espace (un de plus mais il n'y en a jamais assez) des sans-voix, des opprimés, mais aussi celui des femmes et des hommes qui agissent pour le plus grand bien de la Révolution.
  • Contact

Recherche

Pages